le blog de marie madeleine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 31 août 2015

Rentrée 1986

1986-corse.jpg Dolce vita aux Marines de Fium'alto

Mardi 2 septembre 1986. Nous avons quitté la Corse la semaine dernière afin que Tristan et Eve retrouvent peu à peu un rythme adapté à l'école. J'ai passé deux après-midi dans ma classe pour ranger, décorer et faire les modèles d'écriture. Pendant ce temps Tristan et Eve ont pu jouer au ballon dans la cour avec les enfants des collègues, comme aujourd'hui, pendant les réunions de pré-rentrée. Je viens de rentrer du bois de Vincennes avec eux. Ils ont fait du vélo, joué au square avec Sébastien, Aurélia, Fabrice et Cyrille, fait ensemble quelques tours de manège et de balançoires puis nous nous sommes arrêtés longtemps au-dessus du RER pour regarder passer les trains et voilà, demain c'est la reprise de l'école, il faut rentrer! Tristan est sorti du bain et joue tranquillement avec ses Legos tandis qu'Eve barbotte dans la baignoire. Les cartables sont prêts et les vêtements de rentrée déposés près du lit pour demain matin. Hier j'ai acheté viande, fruits et légumes pour la semaine et je prépare le dîner que nous prendrons tous les quatre si Jean-Marie rentre assez tôt. Ce sont des jours heureux

1986-aout__2_.jpg

Dans la soirée je vérifierai mes affaires, mon programme de classe et les cahiers de mes élèves.Tristan rentre au CM1 cette année, et Eve en grande section. Comme chaque année depuis la première rentrée de mon fils à l'école je n'ai pas pu "faire la rentrée" de maternelle car je dois prendre en charge mes élèves. C'est chaque fois un crève-cœur mais Jean-Marie a toujours pu se libérer. Cette année encore il s'en chargera très bien et accompagnera sa fille à l'école du Centre tandis que Tristan viendra avec moi à l'école du Sud. Dès demain, le ronronnement des semaines pourra reprendre. Enfin, je devrais plutôt parler d'organisation que de ronron, mais tout va bien, je suis prête pour la rentrée!

Demain mes petits-enfants rentrent à l'école, Zian en moyenne section, Odin au CP et Lelia en CE2, alors je pense à eux. Bonne rentrée à tous les enfants, à tous les professeurs! pensée spéciale pour ceux et celles qui pour la première fois ne "font" pas la rentrée. C'est ma 9ème non-rentrée et je ne me lasse pas des vacances

samedi 4 juillet 2015

très grandes vacances

Pour beaucoup d'enfants et pour tous les enseignants de l'Ecole élémentaire, primaire ou maternelle ce samedi fut le premier jour des Grandes Vacances. Hier après midi j'ai croisé des petits qui portaient fièrement les derniers grands travaux décrochés du mur. J'ai aussi croisé des profs qui rentraient les bras chargés. Pour deux mois l'école est finie. Ce sont des jours où les poubelles débordent, où les piles de cahiers et de livres neufs sont rangées dans les placards pour la rentrée suivante , où les "au Revoir maîtresse" vous serrent un peu la gorge. La maison est emplie de bouquets mais une sorte d'inquiétude vous envahit. Vous sentez un vide soudain presqu' inquiétant qui ressemble au baby blues. Chaque fois c'était la même chose mais la dernière année je m'y étais tellement préparée que ce fut plutôt plus facile. Cette année encore certains quittent définitivement l'école pour une nouvelle vie, en route pour une nouvelle aventure. J'en connais une spécialement, comme moi passionnée par son métier à qui j'écrivais ce matin "À toi les activités choisies, les horaires que tu souhaites dans la direction désirée. Tu as quitté le refuge et te lances à l'assaut du sommet." A Célestine et à tous les retraités de l'EN je souhaite une belle pause d'été avant de commencer la montée.

2015-07-03_09.16.32.jpg photo d'Eve arrivant au sommet de l'Alphubel (4206m) avec ses amis dimanche dernier

lundi 19 mai 2014

Reprise

La vie reprend son cours. Après une semaine à l'île de Wight avec la classe de Thérèse et une autre classe, je suis contente de rentrer, de dessiner au parc floral, de marcher au bois, de reprendre les séances de méditation et de tricot, d'aller au théatre, de rendre visite à ma soeur ou mes amis.

J'ai aimé la puissance du vent et les caprices du ciel, la campagne verdoyante et les buissons d'aubépine qui me rappellent la Normandie. J'ai aimé les enfants et la dynamique sportive. Kingswood est un concept magnifique pour emmener ses élèves parler anglais, surtout les grands! C'est très peu fréquenté par les français et j'ai encore une fois admiré la patience des anglais avec leurs élèves. Sans doute parce que je vieillis, je n'ai plus envie ni d'entendre crier les enseignants ni de les écouter se plaindre de l'attitude des enfants même si certains épuisent nos ressources de tolérance tout au long de l'année. Ce que j'ai tout de suite aimé avec Thérèse, c'est qu'elle est très attentive et ne harcèle pas ses élèves d'une voix aiguë comme certaines. Sans doute parce que je le fus moi-même, j'ai toujours eu beaucoup de patience avec les enfants turbulents et tenté de comprendre leur souffrance. Cela me permet une certaine bienveillance qui les aide et m'aide dans mes rapports avec eux. D'ailleurs Thérèse s'en amuse et me dit en riant lorsqu'on parle d'un enfant un peu difficile: "j'étais sûre que tu allais l'adorer!"

2014-05-11_15.55.34.jpg

lundi 16 septembre 2013

La Religieuse

Je suis allée voir La Religieuse au théatre du Ranelagh. Le texte de Diderot est bouleversant. Je me souviens d'ailleurs que sa lecture m'avait autrefois beaucoup touchée. C'est un peu comme si remontaient mes souvenirs des années lycée. Pourtant je n'ai subi aucun sévice physique, seulement des réprimandes et des interdits, des interdits, encore des interdits... Dès mon entrée en sixième à l'Ecole Jeanne d'Arc de Bayeux, ce fut comme si j'étais immobilisée dans un espace trop petit entouré de grillage, la tête serrée dans un étau.

Non je n'ai pas été religieuse! Le seul voile que j'ai porté fut celui de ma communion, avec une couronne de roses blanches en organdi comme le voulait Maman qui n'aimait pas les aubes simples. Je suis arrivée chez les soeurs à dix ans alors que mes copains de l'école communale avaient la chance d'être dans un lycée public. En fait je suis devenue très mystique et si je ne supportais pas l'oppression et l'obligation de prier, j'aimais me blottir à la chapelle comme dans les bras d'une Maman, j'aimais les odeurs de l'encens et de bougies mêlées

communion_mm.jpg je suis au 3ème rang, la 6ème en partant de la gauche

Toutefois, je refusais de penser la même chose que les soeurs, que les mères et que ma mère. J'étais détestée de Mademoiselle Marc, la maîtresse des études, je comprenais vite, travaillais plutôt bien mais refusais d'obéir. Je voulais avoir le choix et rêvais de partir. J'avais décidé d'être missionnaire et de rejoindre au Congo ce monseigneur François qui venait chaque année nous parler des enfants qu'il évangélisait. Je serai sainte moi aussi et dirai la bonne parole comme je la ressentais, toute d'amour et de tolérance. Je n'humilierai personne et n'interdirai pas aux filles du collège de marcher dans la cour en se donnant la main!
On me disait frondeuse parce que j'exprimais mes envies. On me disait rebelle car j'affirmais mes opinions. On me croyait subversive parce que j'osais penser à ma manière...En sixième on me punit souvent, en cinquième on me renvoya de Jeanne d'Arc au grand désespoir de mes parents. Puis nous avons quitté la Normandie pour la Seine et Marne.

J'ai quitté Ryes la mort dans l'âme, j'ai perdu mes complices de l'école, Marie-Noëlle et Odile. Je pensais que jamais plus personne ne comprendrait mon besoin d'ouvrir les ailes et repousser l'enfermement. Heureusement il y eut ma cousine, Marie-Liesse, qui se retrouva dans ma classe en quatrième parce que décidément Sainte Marie ne lui réussissait pas! On pensait que l'internat et l'éloignement de Neuilly lui ferait du bien. Nous nous sommes ainsi retrouvées toutes les deux à l'Institut de l'Assomption, annexe verdoyante de la rue de Lübeck. Nous nous sentions autant victimes d'injustice que d'isolement moral, elle interne et moi demi-pensionnaire. C'est sans doute ainsi que notre amitié enrichit les liens du sang, à Forges. Toutes les deux avons été renvoyées et j'accédais enfin au lycée comme toutes les filles du village! non pas toutes d'ailleurs car en ce temps là beaucoup n'allaient pas au lycée et prenaient le chemin du cours complémentaire.
Voilà les réflexions inspirées par le beau texte publié par Diderot en 1780.

lundi 2 septembre 2013

Rentrée 2013

Je flâne devant les cahiers, je rôde entre les trousses et les cartables, je rêvasse devant les crayons et les stylos de toutes les couleurs...
Vendredi dernier en rentrant chez moi, je regardais la vitrine de la papeterie de mon quartier, près du collège. La patronne est sortie "alors madame? ça vous manque la rentrée?" Nous avons bavardé. C'est la septième année que je ne fais pas la rentrée. Quant à elle, elle est toujours là, disponible et attentive à la demande des enfants. Lorsque Tristan et Eve étaient au collège, elle avait succédé à un couple adorable qui venait de se retirer. Mes enfants avaient libre accès et faisaient leurs achats en sortant des cours, j'avais ouvert un compte et je passais régler la facture régulièrement. Elle a repris le flambeau. Tristan a gardé l'habitude de venir y faire ses achats plus longtemps que sa soeur partie à Nantes pour ses études. Il passait de toutes façons avenue de Vorges, en sortant du métro...
Puis je fus la seule à y acheter mon agenda et un nouveau stylo chaque année pour la rentrée. Et maintenant je rêve devant la papeterie, j'achète un cahier et quelques stylos à bille pour l'année. Aujourd'hui j' admire la photo que m'a envoyée Tristan, Lelia avec son premier cartable, tellement heureuse de rentrer au CP. Je suis émue. Il faut dire que ce fut ma classe de prédilection pendant mes années d'enseignement et je fus essentiellement une "maîtresse de CP!

IMG_7501a.jpg

Bonne rentrée à tous les enfants, spécialement à ceux qui rentrent pour la première fois à la "grande école", en classe de CP.

mardi 4 septembre 2012

La rentrée

Ce matin les trottoirs de ma rue se sont animés. De jeunes enfants donnaient la main à leur parents, d'autres montaient en courant vers l'école primaire, derrière chez moi la sonnerie du collège retentit... aujourd'hui c'est la rentrée des enfants, la rentrée des classes comme nous disions autrefois! Tra la la, je peux dire autrefois car depuis 6 ans, je ne rentre plus à l'école. Ce jour de fête qui rythma presque soixante ans de ma vie me réjouit pour les autres comme la page d'un bel album.

depart-ecole.jpg

Sur le chemin qui descend de chez eux, Odin et Lelia étaient à la fois impatients et graves. Ils n'ont pas beaucoup plus d'un an d'écart car elle est née fin octobre, alors qu'Odin est de janvier. Ils sont très proches et bien complices mais deux années civiles les séparent. Odin sera donc parmi les grands de petite section tandis que Lelia est une des plus jeunes chez les grands. Et pendant que ses frères et soeurs sont en classe, Zian compte les feuilles des trèfles dans le jardin.

zian-dehors1.jpg

J'ai vraiment hâte de les voir! Merci Tristan et Camille de m'envoyer régulièrement des photos où je les vois tour à tour concentrés et joyeux.

deux.jpg

mardi 5 juin 2012

Trois jours à Londres

IMG_1606.JPG

Immersion dans la vie d'école avec trois jours à Londres et une classe de CM1, trois jours de visites et de marche dans la ville. Quel plaisir d'être avec des enfants vifs et intéressés, de partager la même complicité avec Thérèse que les autres fois, de retrouver son amie Marie-Thé, et d'avoir un animateur formidable! Peu importe que l'instit de l'autre classe et sa fille aient été stressées et peu souriantes, voire désagréables. C'est sans doute parce qu'elles supportaient mal notre entente et notre "zénitude" malgré les aléas du voyage???

IMG_1869.JPG

Peu importe que l'hébergement n'ait pas été du tout, du tout, adapté à des classes primaires malgré les promesses de l'organisateur (nous ne ferons plus jamais confiance à La Ligue de l'enseignement pour L'Angleterre!), personne ne fut malade ou accidenté et les 29 élèves de Thérèse furent enchantés par la découverte de Londres et leur pratique de l'Anglais in situ:objectif atteint!... Certains ont préféré l'immobilité légendaire des gardes, d'autres la galerie des portraits à la National Gallery, beaucoup ont aimé longer la Tamise, visiter la Tour de Londres et regarder les spectacles de rue à Covent Garden. Pour ma part j'ai adoré, alors que nous déjeunions à Saint James Park, les toilettes de ces dames venant de tous les coins d'Angleterre, qui passaient se repoudrer le nez avant de se rendre à une Garden party avec leurs maris. Elles ont gracieusement accepté d'être prises en photo quelquefois même les maris aussi.

garden-party.jpg

dimanche 4 septembre 2011

Demain c'est fête!

Serai-je avec mes amis? Qui sera mon maître? Comment seront mes professeurs?.... Questions avant les retrouvailles des copains, curiosité et suspicion de plaisir, petite angoisse autour du coeur et tentation de s'enfuir, ça y est c'est le retour ou le premier jour à l'école, c'est la rentrée des classes! Deuxième rentrée et moyenne section pour Lelia et premier jour pour Naël en Petite section, c'est l'entrée au CP pour Petitbilou, au lycée pour Aurore, et la découverte des nouveaux élèves pour tous les professeurs. Bonne rentrée à tous, petits ou grands.
Nouveaux visages et nouveaux sourires, tensions des corps et attentes des regards...pour moi la rentrée fut toujours une fête, un peu comme chaque fois que je suis montée sur scène pour chanter ou jouer un personnage, pour improviser ou dévoiler mon clown.

3a.jpg(une de mes 1ères classe primaires en 1978/79 à l'école du Sud de Vincennes, avec Delphine, Barbara, Franck, Samuel, Pascal, Emmanuelle, Magali, Ludovic, Elisa, Samir, Maximilien, Stéphane...c' était un CE1, ils avaient 7 ans, ils ont 40 ans. C'est amusant, je me souviens de presque tous les prénoms dans toutes mes classes! )

Une seule fois, ma rentrée fut horrible lorsque peu de temps après avoir ouvert les grandes portes de l'école, après avoir accueilli les élèves et salué les parents, juste avant de faire rentrer les CP qui entraient en classe une heure après les autres, je fus agressée par un parent fou, un père qui voulait que sa fille aille dans une autre classe que celle qui lui avait été attribuée et qui me fit valdinguer, les quatre fers en l'air, d'un violent coup de poing dans le cou. C'était en 2005. J'ai repris mon travail 3 mois plus tard, j'ai voulu faire une autre rentrée, une année normale, mais cette rentrée là me conduisit à accélérer mon départ sans attendre 37 ans de carrière et un changement d'échelon. Parfois je regrette un peu ma précipitation quand je pense aux ressources supplémentaires que je pourrais avoir. Mais je me dis surtout que j'ai la chance d'être vivante et d'avoir fait pendant 35 ans le plus beau métier du monde! Dorénavant, j'enseigne encore un peu en donnant des bases et des astuces pour le dessin, et je fais ma rentrée dimanche prochain :-))

croquis_blog.jpg

jeudi 1 septembre 2011

Bonne rentrée!

Aujourd'hui fut le dernier jour de vacances des profs. Oh je sais que beaucoup sont déjà allés dans leur classe ou leur école mais demain c'est le rendez-vous officiel, la rentrée pour tous, la journée de préparation au jour J, bref la pré-rentrée, qui fut chaque fois un bon moment lorsque j'étais enseignante et une lourde tâche lorsque j'étais directrice. De toutes façons, ainsi que disait hier mon amie Thérèse qui prépare sa classe de CM1 "La veille de la rentrée on ne dort jamais bien!"
Alors ce soir je pense à elle et à Colette, sa directrice, aux deux Brigitte, ma belle-soeur directrice à Meaux et Brigitte mon amie de Vincennes qui a décidé de quitter la direction et de se lancer dans une nouvelle voie en enseignant à mi-temps. Je pense à Sylvie tellement active à L'Espace, à Marie, Hélène, Jean-Marc, Frédéric, Bernard, Isabelle, Célestine, petit Belge et vous tous qui préparez, pensez, vérifiez....je vous souhaite bon courage pour une bonne rentrée et une très belle année scolaire.

Bonne non-rentrée à Josiane qui quitte la direction et son école de Gourdon et à Pierre mon frère qui cesse d'enseigner le sport au lycée sainte Marie de Meaux où il fit toute sa carrière. Je leur souhaite d'apprécier comme moi la vie de rentière/rentier! Je n'ai jamais regretté ce 7 juillet 2007 où j'ai clos l'année scolaire pour la dernière fois. Comme je l'ai déjà écrit je n'irai ni au collège ni à l'école, je ne ferai pas de rentrée même si j'y pense chaque année, bien sûr!

1972.JPG En 1972 au collège d'Ozoir la Ferrière. C'était ma troisième rentrée comme professeur de lettres. Bottes en cuir et toile, jupe écossaise rouge, bijou handmade au crochet, incroyable comme les modes se ressemblent 40 ans plus tard!

lundi 22 novembre 2010

Mes p'tites mamans

Vendredi dernier j'étais invitée à fêter le beaujolais nouveau chez une de "mes p'tites mamans" de Saint Mandé....

Dans une école primaire il y a d'abord les élèves et les instituteurs, évidemment, le personnel de service, les dames de cantine, et chaque matin et chaque soir, il y a les parents de nos élèves. Nous avons deux fois plus de parents que d'enfants. Dans nos écoles de 300, 400, ou  540 élèves comme à Saint Mandé, ça fait beaucoup de parents!! Il y a ceux qu'on ne voit jamais, ceux qu'on voit aux réunions de parents, ceux qui prennent régulièrement rendez-vous pour suivre la scolarité de leurs enfants, et il y a ceux qui sont très présents, je devrais dire présentes car ce sont le plus souvent des mères qui ont choisi de ne pas ou plus travailler pendant les premières années de leurs enfants. Elles sont là tous les jours à "l'heure des mamans", accompagnent la classe au bois, au musée, en visite ou au théatre lors des sorties, font des gâteaux pour les anniversaires, s'investissent à la kermesse, etc...

Quand j'étais institutrice, j'avais "mes mamans", les mères de mes élèves dont certaines sont devenues des amies. Lorsque je fus directrice dans la même école, s'y sont ajoutées celles que j'appelais "mes mères d'élèves'', investies dans les associations de parents, qui venaient préparer le conseil d'école et y participer, que je retrouvais régulièrement pour élaborer et organiser la kermesse de fin d'année. A Fontenay sous bois,dans la ZUP, il y avait, en plus, des mamans en grande difficulté, avec leur enfant ou parfois avec les pères et souvent avec la société, qui venaient souvent chercher quelque réconfort dans mon bureau, les mêmes qui ont organisé un magnifique et émouvant repas africain pour me dire au revoir lorsque je suis partie.

ecole2003.jpg

A mon arrivée à Saint Mandé l'école était énorme (19 classes banales) et mes débuts furent un peu difficiles car j'étais très différente de mon prédécesseur! Mais avec la bienveillance du maire, de son adjointe chargée des écoles et du secrétaire général, l'assistance de Meg, le départ de certains élèves et de leurs parents, l'arrivée de nouvelles personnes, les rapports se sont transformés, j'ai fait mes preuves et nous avons établi de saines relations de confiance et d'aide avec celles que j'appelais intérieurement "mes p'tites mamans". Attentives à la bonne marche de l'école, elles étaient toujours prêtes à donner un coup de main, à m'assister dans la gestion de la coopérative scolaire (un vrai budget!), à appuyer les demandes à monsieur le maire (qui fut d'ailleurs très coopérant), elles étaient là pour m'épauler lorsque je fus agressée en 2005, elles sont venues fêter mes palmes académiques puis mon départ en 2007. Quelle équipe!

Chaque année Brigitte et Michel reçoivent des amis pour le beaujolais nouveau et je suis toujours contente de retrouver "mes ex-parents" les papas certes, et certains enfants devenus grands, mais surtout Meg, Christiane, Sophie, Agnès, Virginie,Caroline et les autres, d'évoquer Béatrice et toutes celles qui ne sont pas là! sans parler des enfants, bien entendu :-))

Merci Brigitte pour cette excellente soirée passée à Saint Mandé!

vendredi 11 septembre 2009

sortie d'école

Coup de fil de Thérèse, institutrice à Saint-Mandé, pour me raconter sa peur de mardi dernier:

à la sortie de l'école, la maman d'une ancienne élève lui demande de ses nouvelles sur un ton sinistre. Thérèse est en forme et sa rentrée s'est bien passée. La maman insiste avec un air sombre pour finalement lui demander "et vous avez su? ...pour Marie-Madeleine?...On a appris qu'une ex- directrice de Charles Digeon est décédée cet été...on a pensé à elle..."

GLUPS! éclat de rire!

"Il n'empêche! si je ne t'avais pas vue juste avant la rentrée, me dit Thérèse, je tombais dans les pommes et malgré tout je me suis précipitée chez ma directrice qui m'a demandée pourquoi j'étais toute blanche!"

J'avoue que j'ai beaucoup ri. Je me suis souvenue des sorties d'école de Saint-Mandé où radio-trottoir est la pire que j'ai connue! C'est pourquoi j'avais décidé de "faire le trottoir" chaque fois que possible devant l'école au lieu de rester à la porte pour saluer enfants et parents à l'entrée et à la sortie des classes. Cela me permettait d'être informée et de tempérer les effets pervers de la rumeur... Pour le moment, soyez rassurés madame S et tous mes chers anciens parents, je suis vivante, bien vivante! d'ailleurs une amie m'a photographiée près de chez moi, dimanche dernier, vous me reconnaissez?

jardin

mardi 1 septembre 2009

pas de rentrée

Cette année
je ne suis pas allée à l'école avant les autres,
je n'ai pas vérifié la propreté des couloirs,
je n'ai pas fait le tour des classes,
je n'ai pas photocopié de documents,
je n'ai pas dispaché livres et cahiers,
je n'ai pas fait de nouvelles inscriptions,
je n'ai pas fait le point avec le maire,
je n'ai pas préparé de listes d'élèves,
je n'ai pas choisi de p'tits cadeaux pour les maîtres,
je n'ai pas reçu de parents, aucun ne m'a agressée
Ce matin, je n'ai pas animé la réunion de pré-rentrée
je n'ai pas vu d'instits mal réveillés ou déjà stressés,
je n'ai pas transmis de consignes ministérielles...
C'est la 3ème rentrée que je ne ferai pas.
La nuit dernière fut paisible et ce soir je suis sereine...

Bonne rentrée à tous les élèves et à leurs professeurs!

Je viens de retrouver une photo de ma première rentrée scolaire en 1951. Je suis la plus grande, j'étais la seule à "aller à l'école" et tout le monde avait dû venir me chercher.
<br />
de gauche à droite: François, 2 ans, Moi la grande, 5 ans 1/2, Pierre, 3ans, Marie-Claire, 4 ans, et ma cousine Dominique venue chez nous en vacances.

jeudi 4 juin 2009

A la manière de...

Quand j'étais instit en CP ou CE1 j'aimais beaucoup faire travailler mes élèves "à la manière de", en arts plastiques ou en écriture... Les plus prisés des peintres pour ce genre d'exercice étaient Archimboldo, Miro, Bernard Buffet, Monet et Van Gogh. Jacques Prévert et Robert Desnos étaient les poètes les plus faciles à utiliser pour les petits. Je crois bien que tous mes élèves ont appris " Une fourmi de dix-huit mètres, avec un chapeau sur la tête...." alors vous pensez comme ça m'a amusée de me prêter au jeu proposé par Perfecta.

Voici ma participation avec crabe, marmotte et âne:

tableau

Un crabe très élégant,
prenant un verre en bavardant,
ça n'existe pas, ça n'existe pas!

Un âne qui écrirait
sur un tableau à la craie,
ça n'existe pas, ça n'existe pas!

Une marmotte qui tricote
avec son chapeau et ses bottes
ça n'existe pas, ça n'existe pas!

Eh! pourquoi pas?

Connaissez-vous mon préféré des Chantefables? C'est "Le léopard". Il résonne quelquefois dans ma tête, le soir, car son côté grave et mystérieux me fascine encore:

soir_noir

Si tu vas dans les bois,
Prends garde au léopard.
Il miaule à mi-voix
Et vient de nulle part.

Au soir, quand il ronronne,
Un gai rossignol chante
Et la forêt béante
Les écoute et s’étonne,

S’étonne qu’en ses bois
Vienne le léopard
Qui ronronne à mi-voix
Et vient de nulle part.''

Robert Desnos

dimanche 24 mai 2009

j'ai repris du service...

soleil Bruissement du vent dans les arbres sous ma fenêtre, pépiement des moineaux, chants des merles sur les branches, un avion lointain, quelques ronronnements de voitures entre les silences et le soleil qui entre....quel bien être! me voilà de retour chez moi après une semaine avec Thérèse et ses élèves pour le Peak district! Je l'avais déjà accompagnée à l'île de Wight l'an dernier. Ce fut un séjour superbe, alors cette année je suis repartie avec elle pour une nouvelle aventure du côté de Sheffield . Avec 27 élèves et la gestion quotidienne du blog de la classe, pas le temps d'écrire sur celui-ci!

Une semaine plus tard je reviens, un peu fatiguée certes, mais avec d'excellents souvenirs. L'école à cette dose et dans ces conditions, c'est top! En plus c'est une belle région avec tout ce que j'aime en Angleterre, les maisons rétros, les jardins fleuris, les églises à la Harry Potter, les cimetières débordants de verdures où les âmes se baladent.

maisonchurchcimetery

Et puis ça ne me fait pas de mal de parler anglais car j'ai de gros progrès à faire :-) et puisque je ne vais plus à l'école, je vais essayer d'y retourner plus souvent. J'aime les anglais, leur savoir-vivre et leurs intérieurs cosy. La seule chose qui me fait horreur et que je n'ai pas connu chez mes amis anglais, ce sont leurs soirées passées à boire, du vin, de la bière et tout pourvu que ce soit de l'alcool, y compris dans la salle des profs :-(

campagne
Par dessus tout j'adore cette belle campagne anglaise.Les grands espaces vallonnés où paissent les moutons me rappellent l'Ecosse. Les paturages verdoyants, les petits sentiers et le bord des chemins où foisonnent avec exubérance les herbes et les fleurs sauvages, des églantines, de l'aubépine, les vaches au milieu du chemin, des odeurs vertes....est-ce parce que tout ça m'évoque la Normandie de mon enfance?


Bon! Thérèse quand nous emmènes-tu découvrir le Devon et le pays de Galles?


mercredi 1 avril 2009

mercredi 1er avril

lelia_tableau "Poisson d'avril !" C'était un jour d'éxuberance et de joie lorsque nous étions enfants. Je n'ai pas de souvenirs de l'école primaire de Ryes, et je doute que monsieur Lerouillis, maître traditionnel à la blouse grise (seul souvenirs des 3 ans passés dans sa classe), nous ait autorisés à faire farces ou poissons dans le dos, mais Papa et Maman nous faisaient des blagues tellement inhabituelles! Plus tard je me souviens que nous regrettions quand le 1er avril tombait un jeudi (eh oui, quand j'étais enfant notre mercredi était le jeudi!). C'était un jour d'effervescence et de bonne humeur dans les classes. C'était vraiment drôle quand nous réussissions à accrocher un poisson dans le dos d'un professeur! Mes enfants aussi s'en sont donnés à coeur joie et mes élèves ne se sont pas privés lorsque j'étais "maîtresse" puis "madame la directrice". Je les voyais tourner autour de moi, oser un frôlement et pouffer derrière mon dos bien décoré. Ce sera bientôt le tour de Lelia qui d'ailleurs se prépare à dessiner des poissons.lelia_ecrit

mercredi 3 septembre 2008

Non-rentrée des classes

De retour à Vincennes avec une pensée spéciale pour tous les profs qui sont rentrés lundi afin d'accueillir leurs élèves hier matin, particulièrement à Brigitte, Josiane, Carole,Thérèse, Colette, Pierre mon frère et sa femme Brigitte, Elodie, Hélène, et tous ceux et celles que je connais..

trois-etots1.jpgC'est la deuxième non-rentrée que je fais. Ma vie a été rythmée par l'école et la rentrée depuis l'année de mes 5 ans à Trois-Etôts dont je n'ai aucun souvenir si ce n'est que mes trois frères et soeur restaient à la maison et que la route était longue pour aller à Cernoy. Elève dans l'Oise puis dans le Calvados, à Ryes, entrée en 6ème à Jeanne d'Arc à Bayeux, renvoi en fin de 5ème, "pas grave on déménage!", classe de 4ème à l'Assomption et enfin le lycée de Montereau après mon deuxième renvoi de chez les soeurs, "ouf!", puis psycho à la Sorbonne. Ma vie de prof commença à Mitry-Mory, Nangis, Pontault-Combault, Roissy et enfin à l'école du Sud de Vincennes (14 ans de classe et 3 ans de direction). Un passage en zep à Fontenay-sous-bois avant de terminer à Saint-Mandé, en juillet 2007.

La rentrée est un évènement important dans la vie de tous les enfants et souvent de leurs parents, dans celle de tous les enseignants.... palmes.jpg
Ce fut chaque année un grand jour dans ma vie de prof, d'institutrice et de directrice. C'est une fête, une entrée en scène, on a un peu le trac, la nostalgie des vacances, on prépare son cartable, on se pose mille questions...quels seront les enfants? ai-je bien préparé mes cours? tout est-il mis en place?...toujours plus difficile comme directrice car il faut tout prévoir et les instits ne vous passent rien, mais une seule fois pendant ces 56 années d'école, la rentrée fut vraiment douloureuse. La fête fut interrompue par un fou, un père d'élève qui m'a frappée car il voulait que sa fille aille dans une autre classe! rentrée avec la police et les pompiers le 23 août 2005...Ce nétait pas à Paul Langevin, dans la zep de Fontenay, c'était à Saint-Mandé dans la belle école Charles Digeon. Je suis retournée à l'école 3 mois plus tard, après le procès, et ce fut une année difficile. J'ai souhaité effacer ce mauvais souvenir par une belle rentrée avant de me retirer. Est-ce pour cela qu'on m'a remis les palmes académiques? ( J'avais même invité Tornade à cette occasion.) Dans tous les cas, 2006/2007 fut une belle dernière année. J'ai mérité mes très grandes vacances!

dimanche 13 juillet 2008

paquet-cadeau

IMGP8189.jpg

J'ai gardé très peu de contacts de l'école Charles Digeon, à Saint Mandé, mais quelle qualité!
...Quand Brigitte a su que je ne faisais rien samedi soir, elle m'a dit " je vous invite, je vous emmène chez Meg comme cadeau". Jolie expression qui m'a fait rêver: j'ai imaginé la transformation et me suis vue enveloppée de papier, enrubannée et prête à être déballée sur la table comme une pâtisserie pour consommation immédiate.... C'était de bon augure et j'ai passé une excellente soirée, échanges sympathiques, conversations animées, éclats de rire et repas succulent....

Quel plaisir de retrouver MES ex-mères d'élèves et leurs familles. Elles ont consacré beaucoup de temps à l'école et m'ont bien aidée. Nous avons coopéré pendant plusieurs années, le temps de l'école est passé, restent les élans de l'amitié.

mardi 15 avril 2008

soleil sur l'ile de Wight

mardi__15_.JPG

< message fait sur clavier anglais sans accent ni cedille>
J'avais oublie que chaque fois que je mets les pieds en Grande Bretagne il y du soleil! Il fait tellement beau ici que c'est paradisiaque. La mer, l'herbe verte, le ciel bleu, l'encadrement sympathique et les profs detendus... Une semaine de classe de decouverte avec des CM1: Il ya plus de 10 ans que je n'ai pas pu etre directement avec une classe et je me regale d'autant plus que Therese et moi avons la meme approche avec les enfants et que les activites sportives sont tres bien organisees. Impossible pour moi de faire autres chose que du tir a l'arc en raison du pied qui me fait souffrir, mais c'est un vrai bonheur pour les enfants de faire du quad, de conduire un kart ou sauter a l'elastique.

mercredi__7_.JPG

samedi 12 avril 2008

pas matinale!

Je ne suis pas matinale et pourtant je dois me lever très tôt demain matin pour le départ vers l'île de Wight.
Wight! destination qui réveille mes souvenirs... J'en ai rêvé...août 68...après notre printemps tumultueux, les nuits à la Sorbonne, les manifs, la haine des flics et du pouvoir, les débats sans fin, après les espoirs déçus et les rêves renouvelés, cette dernière année à la Sorbonne avant l'inscription à notre fac expérimentale dans le bois de Vincennes. C'était aussi une de ces années de psycho, avec Marie-Aude, l'année des journées entières passées à discuter entre les manifs, dans notre bistrot, rue Mazarine, l'année des traversées de Paris de la place Charles Dullin au pont des arts, derrière la fanfare des Beaux Arts, et des nuits jamais finies au café du Mazet, des folles soirées à l'X qui était alors rue de la montagne Ste Geneviève....mais où étais je pendant l'été 68??? je ne sais plus.

Voilà! maintenant je suis devenue sage, c'est une autre aventure puisque j'y accompagne une classe en séjour linguistique et sportif.machine_002a.jpg

J'ai fait ma valise car ce soir je ne veillerai guère pour me réveiller demain à 4h!! J'ai glissé dans mon sac à main, avec mon livre et mes lunettes, ma nouvelle petite machine qui me permettra de continuer à écrire quand je veux si la connection Wifi fonctionne!

samedi 16 février 2008

Sarko mégalo/sentimentalo/racoleur

Ce blog est léger et j'écris plutôt sur ma vie personnelle, jamais sur la vie politique mais là tout de même il exagère!! Je le savais mégalo et démago, en plus il est sentimentalo/racoleur! Ce n'est pas seulement une question d'âge! notre président pourrait inciter à réfléchir et non à larmoyer. Il y a tant d'écrits sur le sujet que je ne vais pas en rajouter, seulement faire référence à ce qu'a écrit Pablo et joindre ces réflexions que je partage en grande partie(sauf que je n'ai pas lu Antoine Prost mais je vais le faire):

"J'ai demandé…au ministre de l'Education nationale, Xavier Darcos, de faire en sorte que, chaque année, à partir de la rentrée scolaire 2008, tous les enfants de CM2 se voient confier la mémoire d'un des 11.000 enfants français victimes de la Shoah… Les enfants de CM2 devront connaître le nom et l'existence d'un enfant mort dans la Shoah. Rien n'est plus intime que le nom et le prénom d'une personne. Rien n'est plus émouvant pour un enfant que l'histoire d'un enfant de son âge, qui avait les mêmes jeux, les mêmes joies et les mêmes espérances que lui".>

Ces propos du plus haut personnage de l'Etat sont proprement scandaleux et marqués du sceau de l'ignorance et de l'irresponsabilité.

Ignorance multiple. Des différences entre histoire et mémoire d'abord. La conclusion des « Douze leçons sur l'histoire » d'Antoine Prost est à ce propos éclairante : « on fait valoir sans cesse le devoir de mémoire, mais rappeler un événement ne sert à rien même pas à éviter qu'il ne se reproduise si on ne l'explique pas. Il faut faire comprendre comment et pourquoi les choses arrivent. On découvre alors des complexités incompatibles avec le manichéisme purificateur de la commémoration. On entre surtout dans l'ordre du raisonnement, qui est autre que celui des sentiments, et plus encore des bons sentiments…..L'histoire ne doit pas se mettre au service de la mémoire, elle doit certes accepter la demande de mémoire mais pour la transformer en histoire. ». En personnalisant au maximum la Shoah le Président joue sur le sensible et non sur l'éducation au fait historique.

Ignorance aussi de la plus élémentaire psychologie de l'enfant (en CM2 on a dix ans !) : autant il est nécessaire dans le cadre du cours d'histoire, comme le veut le programme, de dire ce qui fut, avec des documents dont certains peuvent être des textes, objets ou photos d'enfants, autant c'est faire porter injustement à des petits un poids trop lourd que de les investir individuellement de la charge symbolique d'un double, mort en déportation. Eduquer, ce n'est pas jouer avec la sensibilité, c'est dire clairement ce qui s'est passé, avec les mots adaptés à l'âge de l'auditeur. Les enseignants sont formés de façon rigoureuse pour le faire et ils savent éviter de culpabiliser ou de transmettre trop d'angoisse. Ils savent aussi choisir et utiliser les meilleurs documents, ceux qui ne flattent pas le voyeurisme ou le sadisme. Ceux qui permettent de dépasser l'émotion pour aller vers la connaissance. Ceux qui dépassent la sensation brute et la transcendent par leur qualité d'écriture comme Primo Levi ou leur singularité plastique comme Zoran Music.

Ignorance encore des missions de l'Ecole. Transmettre une réflexion civique, pour préparer les jeunes à être plus tard des citoyens en est une, essentielle. Cette réflexion doit conduire à faire réfléchir les écoliers sur les causes qui ont conduit à la folie nazie et sur les principes intangibles sur lesquels doit se fonder notre République afin que jamais de tels faits ne se reproduisent ; s'identifier à un enfant au sort tragique ne permet pas cette réflexion. S'interroger sur ce qui a pu conduire des policiers français à obéir à leur hiérarchie au point d'avoir accepté d'être complices de l'arrestation et de la déportation d'êtres humains vers les camps de la mort est certes bien difficile pour un enfant de dix ans mais serait civiquement plus formateur.

Irresponsabilité ensuite. Déjà sur Internet fleurissent les plaisanteries douteuses comme « les enfants de CM2 auront un correspondant Shoah ». Déjà quelques parents réclament le droit de dispenser leur enfant de cette opération mémorielle, on voit à quelles dérives d'un enseignement à la carte cela pourrait conduire. Déjà, surtout, le choix présidentiel fait jouer de la pire façon les concurrences mémorielles et certains réclament que chaque enfant ait aussi à cohabiter avec un petit esclave ou un jeune Arménien.

Guy Môquet avait été utilisé par le président de la République à des fins électoralistes, cette fois ce sont des enfants martyrs qu'il instrumentalise à leur tour, en même temps qu'il entend faire des jeunes élèves de pures machines d'émotion et non de futurs citoyens informés et responsables.

Marie Lavin. Agrégée d'histoire, Inspectrice d'académie /Inspectrice pédagogique régionale d'histoire honoraire.

mardi 12 février 2008

en route pour Wight!

ecole_005.jpgVoilà, c'est décidé, je pars avec la classe de Thérèse. Il y a deux semaines, je ne la connaissais pas mais sa directrice m'avait demandé si je voulais bien lui rendre service et accompagner une classe de CM1 en voyage. Alors, j'ai pris rendez- vous et Thérèse m'a ouvert sa classe. Nous avons fait connaissance, j'ai rencontré ses élèves, découvert son projet, alors ça y est, c'est décidé je partirai avec sa classe à l'île de Wight en avril prochain!

lundi 8 octobre 2007

réveil

r_veil.jpg

J'ai aimé l'Ecole, j'ai aimé mon travail mais maintenant que je suis libre de contrainte, en vacances pour toujours...chaque matin quand je me réveille, je saute du lit, j'ouvre les volets, je respire et me dis "encore une belle journée qui commence!"

dimanche 30 septembre 2007

Sacré Charlemagne

IMGP4096.JPG
"Qui a eu cette idée folle un jour d' inventer l'école?" demandait une chanson de ma jeunesse.... "c'est ce sacré Charlemagne" c'est à dire Carolus Magnus, Charles le Grand, roi des francs et roi des lombards, sacré empereur d'Occident par le pape en l'an 800, le jour de Noël. L'avez vous jamais imaginé autrement que majestueux, drapé dans sa prestance et le crâne ceint d'une lourde couronne? Alors j'ai bien ri en découvrant dans la crypte de l'énorme Grossmünster Kirche une sorte de nain portant couronne et arme de pacotille! Pourtant c'était bien le grand empereur de nos livres d'histoire, dans une représentation du XV ème siècle tout à fait sérieuse mais bien étonnante!

mercredi 19 septembre 2007

c'est fini les comptes de coop!

WOUAOUHHH!!
ça y est, je ne ferai plus jamais les comptes de la coopérative de l'école!
Je suis retournée travailler dans mon ex-bureau à Charles Digeon, j'ai tout bouclé, vérifié, imprimé, terminé sans un seul centime d'erreur!

Chaque année, en septembre, c'était un peu ma bête noire comme pour beaucoup de directeurs "pas obligés d'être mandataires mais bon puisqu'ils ont du temps"... d'abord c'est fastidieux et surtout, c'était difficile les dernières années, lorsque j'étais à Saint Mandé, parce que la coopérative de l'école est très riche.
Certes, c'est une chance pour nos élèves de pouvoir baigner dans des activités culturelles variées, de participer aux ateliers du Centre Pompidou, partir en voyage à l'étranger, travailler avec des comédiens, designers ou musiciens qu'on peut payer... mais l'argent devient vite le maître de l'esprit coopératif et la dérive est facile d'oublier que l'école publique est laïque et gratuite.

Heureusement cette déviance ne concerne qu'une ou deux personnes mais ce fut une lourde gestion et une dépense d'énergie permanente pour tenter de les remettre sur les rails. Alors je me réjouis vraiment de laisser la place à quelqu'un d'autre, aux autres. J'ai bouclé cet après midi la seule chose que je n'ai vraiment pas appréciée dans ma carrière et je suis ravie.

mardi 4 septembre 2007

fin de l'école!!

C'est la date officielle de la rentrée et ça y est, je suis radiée des cadres de L'Education Nationale.

aout_121.jpg

Retour de vacances le 3 septembre pour savourer le plaisir de ne pas recevoir la lettre de monsieur Sarkozy et d'être libre de lire, rire, dormir, rêver et marcher la tête dans les nuages comme cet été sous le beau ciel de Meschers...

samedi 7 juillet 2007

GRANDES VACANCES!

Je suis en vacances, en vacances pour toujours!
Hier à 16h30, quand la gardienne ouvrit les grilles de l'école, les enfants s'envolèrent vers leurs parents, leurs nounous, les grandes vacances...

dernier-jour.jpg

Depuis ma première nomination le 1er septembre 1970 comme prof de lettres au collège de Mitry Mory jusqu'au bureau de l'école Charles Digeon à Saint Mandé, j'éprouve la satisfaction d'avoir accompli ma mission jusqu'au bout.

premier_poste2.jpg

Après le bonheur d'enseigner et les difficultés de diriger une école, je suis fière d'avoir fait ce travail avec conscience, souvent avec passion , la plupart du temps avec plaisir. Joie étourdissante mêlée d'une sensation d'ouverture et d'immense liberté. A moi la vie d'artiste!

mardi 3 juillet 2007

ça y est, je pars!

Je pars, ou plutôt je vais partir... vendredi soir, je quitterai l'école.

depart_1.jpg

On me dit "ça va te faire drôle!", on me dit " tu vas pleurer" ou bien " l'école va te manquer". Comment savoir? serai-je émue? serai-je triste?
Jusqu'à maintenant je n'ai senti que l'excitation du départ, le stress de la fin de l'année scolaire et la difficulté de préparer la rentrée.
Je ne ferai pas la rentrée. Dorénavant je ne jouerai plus cette scène là, je prépare autre chose. Je ne sens que la joie du changement et le goût du nouveau. D'ailleurs, ça y est, j'ai fêté mon départ et reçu de beaux cadeaux pour commencer ma nouvelle vie...

dimanche 24 juin 2007

la dernière....

Je commence la série des" dernières" entrées en scène des évènements important qui ont rythmé ma vie de "maîtresse" pendant 20 ans et de directrice pendant 17ans.

- ma dernière rentrée s'est passée sans que j'en ai vraiment conscience puisque je n'avais pas encore décidé de quitter l'école. C'est pourtant le plus beau moment de l'année, comme l'entrée en scène pour la "première" d'un nouveau spectacle

- dernière réunion pour les nouveaux parents de l'école samedi matin. C'est chaque fois un moment d'impro puisque les questions et les inquiétudes des parents sont à la fois toujours un peu les mêmes et chaque fois nouvelles.

- dernière kermesse; toujours sympathique mais fatigant. Heureusement j'avais décidé cette année, de peu m'investir pour la première fois de ma carrière.

- dernier "pot du maire" avec médaille et discours officiels. Je suis loin de partager toutes les idées de la municipalité mais j'ai bien aimé travaillé à Saint Mandé.

J'aborde les dernières semaines, vais donner les derniers bilans, et faire les derniers comptes de coopérative ( cauchemar annuel de presque tous les directeurs! ). Bientôt les derniers jours, le dernier départ, la dernière scène d'une pièce souvent présentée.

Aucune ombre à l'horizon, juste la satisfaction de bien finir, de fermer un livre qu'on a aimé avant d'en entamer un autre dont on ne sait pas encore s'il nous plaira...