J'ai souvent dit et déjà écrit que j'aime le luxe, le vrai, le beau, le luxe des belles choses bien sûr, mais surtout le luxe du coeur, et le luxe du temps. Depuis 6 mois je vis dans le luxe de faire ce que je veux, quand je veux, comme je veux, avec qui je veux, et ça, c'est le luxe suprême! Je savoure chaque instant et retrouve le temps de vivre... la liberté de converser autour d'un verre avec les "copines", de retrouver un vieil ami chez Prosper pour déjeuner, de déguster des huitres à midi porte Maillot avec mon amie d'enfance, de crayonner à la lumière du jour les méandres de mes souvenirs ou de dévorer un roman de la première à la dernière page d'une seule traite.

Grâce à la naissance de Lelia, j'ai pris le temps de tricoter,retrouvé le plaisir de regarder, de toucher et choisir une laine douce et moelleuse ou très fine et légère dans un rayon multicolore, de monter une trame rapide et de faire glisser la maille sur le métal lisse et froid de l'aiguille. Contraste bienfaisant dans le monde qui bouillonne et s'agite, activité silencieuse et monotone comme un mantra, repos de la lenteur et d'une belle patience. Avec le cliquètement régulier des aiguilles qui se croisent, avec la persévérance d'un rang après l'autre, en écoutant la musique, en bavardant ou en lisant quelques pages, je me permets cette activité délicieuse et re-découvre les joies multiples du tricot.londres__155_.jpg