L'apprentissage du tango argentin demande beaucoup de persévérance.
Ma première école de patience fut le dessin. Il m'en a fallu du temps pour réussir à montrer avec un crayon et une estompe les lumières du regard ou la finesse du grain de peau! Et bien là, c'est la même chose...
chaussures.jpg J'ai pensé qu'en prenant les grands moyens, je ferai des pas de géant; pas question! Tout se passe à petits pas. J'ai fait un stage d'une semaine et j'en suis aux balbutiements. chaussures_3.jpg Comme l'étalage était tentant à l'entrée de la salle de cours, j'ai" craqué" pour de jolies chaussures de tango, pensant qu'elles étaient un peu magiques et qu'elles danseraient toutes seules. C'est mieux car la confiance augmente. Mais ça ne suffit pas!
La chance que j'ai eue, c'est d'avoir pour mes débuts un partenaire attentif et patient. C'est grâce à lui que j'ai progressé et que j'ose maintenant affronter en public les parquets cirés dans les Milongas. D'ailleurs, même si j'ai pris des cours de valse argentine, c'est la joyeuse milonga que je danse le plus allègrement car c'est la plus facile!