bejart.jpgMaurice Béjart est mort. C'est par lui que m'est venu ce goût que j'ai gardé pour la danse moderne. J'avais adoré La messe pour le temps présent que j'ai vu il y a presque quarante ans au palais des sports ...c'était alors une grande et belle salle qui est devenue un endroit où la poussière nous prend à la gorge quand on s'y installe à tel point que samedi, un enfant s'installant avec sa famille derrière moi questionna: "c'est quoi maman, toute cette fumée?"
J'étais à cette époque, devenue fan de la musique de Pierre Henry que j'ai souvent utilisée par la suite pour faire danser mes élèves et créer des spectacles quand j'avais une classe à l'école du Sud, de 1976 et 1993.

Hymne à la gloire de la musique et de la danse! Dans Le sacre du Printemps le contraste est fort entre les hommes puissants, terriens, et les femmes fines, presque célestes. Quelle force des corps, des mouvements et des couleurs dans L'oiseau de feu!... J'ai vu beaucoup de ballets mais celui que j'ai préféré entre tous pour son ampleur grandiose, c'est La neuvième symphonie sur la musique de Beethoven que j'avais vu à Bercy dans d'excellentes conditions.