J'adore les cloches du dimanche matin. Je ne sais à quoi ça tient?
Souvenirs de jours joyeux sans doute...

eglise_ryesDans ma famille le dimanche était un jour de fête. Nous laissions les habits de la semaine et ne mettions pas de tablier. Pour Noël et pour Pâques nous avions de nouveaux vêtements. Les manteaux d'hiver et les vestes d'été étaient faits chez la couturière mais c'est Maman qui tricotait et confectionnait le reste que tout le monde admirait. Je me souviens d'une jupe à carreaux en tissu très doux que nous avions baptisée carotte-poireau-navet en raison de ses couleurs. Maman soignait tout particulièrement ces tenues que nous mettions tous les dimanches et les jours de fête.

dimancheNous allions toutes les semaines à la messe. Les cloches sonnaient lorsque nous arrivions à l'église de Ryes. J'étais heureuse de la fierté de mes parents, j'étais heureuse d'être si bien habillée et savourait le plaisir secret d'être admirée par les garçons du village. Après la messe, à l'exception des dimanches où Papa avait un concours important de radio-amateur, nous faisions toujours quelque chose en famille. Nous allions chez des amis, nous promener en forêt ou en Suisse Normande, à des fêtes ou à des pique-niques de radios-amateurs, ou bien tout simplement à la plage d' Arromanches. Nous avions des invités, des cousins, des amis, nous étions nombreux. Il y avait presque toujours une bande d'enfants et nous jouions ensemble.

En vacances dans les Vosges, à Allarmont, l'église était tout en haut du village et il fallait remonter toute la rue pour aller à la messe. Les garçons qui n'y allaient pas nous regardaient passer, assis sur le bord de la fontaine ou groupés devant leur maison... Je sentais les regards et faisait semblant de ne pas les voir...c'était un moment délicieux qui me donnait des p'tits frissons de plaisir. A la sortie de l'église, nous retrouvions les gens du village et les copains de vacances. Puis nous allions chercher la grande tarte aux myrtilles commandée la veille chez la boulangère, madame Absalon. Les cloches carillonnaient et c'était comme une fête. allarmont
Plus tard, à Valence, monsieur le curé avait organisé une chorale et nous chantions à la messe. J'aimais chanter à la messe, surtout à la messe de minuit où j'aimais entendre ma voix de soliste faire résonner le 3Minuit chrétien" sous les voûtes. Lorsque nous sortions, les cloches sonnaient à toute volée et c'était beau dans la nuit.

Voilà pourquoi les cloches me rendent joyeuse! elles sont liées à la fête, aux fêtes, à mes joies d'enfants, à mes émois d'adolescente, aux communions, aux mariages, aux jeux dans le jardin et aux promenades avec les cousins. Dés que j'entends les cloches carillonner, je saute avec joie du lit et ouvre grand la fenêtre.