Je suis attirée par les histoires d'esprits, je respire à travers les tombes, je devine les ondes qui traversent les cimetières...je m'y sens à l'aise, comme l'an dernier pendant l'expo... ou comme dans le cimetière des anges, à Londres.

cimetière

C'est sans doute pour cela que l'un des livres choisis chez Millepages cette semaine est Le mec de la tombe d'à côté. Un nom pareil, c'était tentant! Je n'écris pas souvent sur mes lectures, mais là, je n'ai pas été déçue, ce fut une vraie bonne surprise. J'ai commencé le soir et terminé le lendemain matin. Certes ce n'est pas très long, 250 pages chez Babel, mais surtout c'est poignant, c'est fort et la gravité sourde s'exprime légèrement. Généralement, je suis plutôt agacée par les chapîtres où alternent les pensées de l'un puis de l'autre avant de se rejoindre dans une vie ou une histoire. Par exemple, je n'ai jamais pu "entrer" complètement dans l'Elégance du hérisson malgré son écriture d'exception, mais dans ce roman, pas de problème, c'est simple. Les ressentis se croisent sans difficulté et sont décrits avec délicatesse et maturité. Pourtant quelle aventure, quelle rencontre détonante, caricaturale entre la bibliothécaire raffinée et le rustre paysan ! j'ai ri toute seule, j'ai espéré et me suis mise en colère. Dur dur les différences culturelles!! Katarina Mazetti écrit en suédois, alors bien sûr, c'est une traduction que j'ai lue. C'est drôle, c'est vif et je me suis délectée.