coucher-de-soleil

Il y a 3 semaines, j'ai passé quelques délicieux moments dans les jardins parisiens, puis je suis partie pour l'Espace du possible.

Mes séjours y sont chaque fois différents. Le samedi, l'Espace s'organisait après 4 mois de repos; le dimanche, la vie commença, dessin, tango, massages, sourires, échanges; et moi qui ne suis JAMAIS malade, le lundi fut surprise par une gastro formidable, fièvre, vomissements, maux de ventre, brûlures d'estomac, faiblesse extrême... où suis-je? que m'arrive t'il? pourquoi suis-je allongée sous une céramique blanche? un malaise, pourquoi? pourquoi suis-je malade? lit presque tout le jour, riz exclusivement, coca et eau citronnée fut le régime de la première semaine. puis j'ai mangé des huîtres plusieurs jours de suite. et j'ai repris une activité presque normale soutenue par l'amitié de quelques "espaciens".

bourgeons

Il y eut aussi ce 20 avril 2010, jour de l'anniversaire de Maman qui sera dorénavant celui de ma séparation avec un homme que pendant presque six ans j'ai beaucoup aimé dans une relation incomplète car secrète. La maladie a permis une sorte de nettoyage de printemps... La vie s'est assombrie. J'ai pleuré. Par la fenêtre j'ai admiré la nature qui s'épanouissait, les oiseaux qui autour de moi chantaient. La mésange construisait son nid sous le rebord du toit, et le merle? on dirait qu'il parle...il vient, me regarde, sautille, me regarde, s'envole et se pose sur la première branche. Il revient vers moi, penche la tête, regarde, sifflotte et me regarde encore. Peut-être montre -t'il le chemin? Je viens de rentrer après 3 semaines, je viens de retrouver ma maison si claire et je vais m'appliquer à vivre chaque instant, à savourer chaque rencontre, à retrouver un peu de lumière.