Je viens de passer une semaine bizarre, avec des hauts et des bas, une alternance "je vais bien / je suis flagada".

La semaine dernière, je suis allée voir le gentil docteur C afin d' obtenir le certificat-passeport pour mes activités sportives. "Tout va bien, pas de problème, d'ailleurs vous savez, je ne suis jamais malade!" Le lendemain matin les yeux et le nez picotaient et se mettaient à pleurer, puis un énorme rhume me laissa sur canapé pendant trois jours. Mon arrogance aurait-elle été punie?
Qu'à cela ne tienne, hardi petit! aux premières éclaircies, dîner et soirée furent bienvenus. Et puis jeudi pouah! au sortir de la douche je me découvre le torse couvert de petits boutons rouges, "ça alors, serait-ce une maladie infantile? peut-être?"dit le médecin que je suis retournée voir, " à surveiller...reposez vous et buvez beaucoup, et faites tel examen si les boutons persistent". Bien sûr! et comme tout semblait s'arranger, j'ai fait sortir Tornade de son trou, avec succès, s'il vous plaît!

Et puis il y a eut la mauvaises nouvelle, Véro, jeune et jolie Véro avec son rire joyeux, qui par tous les moyens se battait courageusement depuis tant d'années contre la maladie qui vient de l'emporter. Pauvre petite Véronique qui s'est souvent sentie bien seule!
C'est à l'Espace que je l'avais connue, entre les fleurs qu'elle aimait tant et dont elle faisait des bijoux. Souvent je l'ai hébergée lorsqu'elle a dû quitter Paris et rejoindre l'Alsace. Nous avons eu beaucoup d' échanges, des élans, des incompréhensions et des rires. Je garderai les bons souvenirs comme la séance photo près du grand homme de fer dans les rues de Mulhouse, et ce grand fou rire, un jour d'été, où nous déjeunions à l'ombre dans le jardin,chez sa maman.

IMGP2716a.jpg
À nouveau fébrile et flagada, ce soir j'ai préféré rester chez moi. Jeudi à 14h30, je ne serai pas à Mulhouse mais j'allumerai une bougie pour lui dire adieu avec sa famille.