184 logements recensés, 182 récupérés, 98,91 %, c'était jeudi mon taux de réussite du recensement.

..Crébillon, Diderot, Joseph Gaillard, rue de Strasbourg ou de la Liberté, et même quelques adresses avenue de Paris... Comme mes collègues j'ai relevé les noms sur les boîtes à lettres, noté les situations, gauche, droite, face, premier étage , deuxième, jusqu'au dernier. J'ai longé des trottoirs, attendu les feux verts, emprunté des passages, traversé des jardins et suivi des allées. J'ai poussé des portes et cherché des codes d'entrée. Allées, venues, repérage, guet, j'ai suivi des traces et interrogé les facteurs, puis j'ai commencé l'enquête.

Pour atteindre les hauteurs j'ai grimpé des étages. J'ai pris des ascenseurs et descendu des escaliers, tiré des sonnettes, frappé à toutes portes. J'en ai vu des paillassons! J'ai salué, distribué, expliqué, questionné "Combien êtes-vous? Est-ce votre résidence principale?" j'ai écouté, rassuré, conversé ou glissé un avis pour un prochain passage. J'ai écrit pour celle qui ne voit pas bien, pour celui qui tremble ou ceux qui ont trop mal aux mains. Chaque soir après l'heure du thé et le samedi une bonne partie de la journée, j'ai repris ma "tournée". Cette année il y eut peu de désagréments, peu de pluie, pas de neige ni de froid, juste quelques grognons de l'heure de mon passage décalée car mal évaluée et beaucoup d'absents qu'il fallait pister pour être sûre de pouvoir les trouver chez eux. Seule la dernière personne que j'ai recensée m'a très violemment rejetée.

paillasson.jpg

Il n'y avait jamais personne à la porte gauche de ce quatrième étage sans ascenseur où je passais tous les jours depuis le 17 janvier. J'avais laissé des avis de passage et envoyé trois lettres tamponnées de la mairie. J'étais prête à abandonner. En quittant le bureau de ma responsable à qui je venais de rapporter les bulletins, je décidai une dernière tentative. Je gravis les étages et, sans conviction, sonnai à la fameuse porte gauche. Miracle! une voix répond, une clé tourne dans la serrure. Quelle bonne surprise! enfin quelqu'un! Je me réjouis déjà quand une furie m'interpelle et me parle en criant. Suite aux multiples avis reçus, elle s'était présentée à la mairie pour dire qu'elle vivait ailleurs et ne revenait à Vincennes que rarement. La personne de l'accueil l'avait renvoyée en lui disant qu'elle n'avait rien à faire. Erreur qui causa sa colère contre moi. Avec des mots paisibles, j'ai fini par l'amadouer si bien qu'elle n'eut de cesse de me faire entrer, de me faire asseoir, de me montrer ses ouvrages et de me parler ,me parler...C'est une femme raffinée, vive, joyeuse et cultivée chez qui je suis restée une heure et demi! C'est la dernière personne que j'ai vue pour le recensement.

IMG_9764a.jpg

PS le 23 février: Bonne surprise ce matin lorsque Sylvie notre responsable m'avertit d'un autre retour. Et tout à l'heure, à la suite d'un appel téléphonique un peu ferme, voici le bulletin de celui qui n'avait "vraiment pas le temps". Et me voilà "Médaille d'or" des agents recenseurs avec 100% de réussite! .