Ouf! dernière ligne droite pour le recensement. Drôle de façon de parler car cette année beaucoup des immeubles que je visite n'ont pas d'ascenseur. Du rez de chaussée au cinquième étage, la rôdeuse peine, halète et souffle à la montée, virevolte avec précaution autour de la rampe pour descendre les escaliers. Certains sont étroits et sombres, d'autres larges ou cosy. Les marches parfois sont tellement bien cirées qu'il lui faut prendre soin de ne pas glisser. Il arrive qu'entre deux étages la lumière s'éteigne et c'est la lampe de poche de son téléphone qui lui permet de descendre allègrement. Il arrive aussi que son téléphone n'ait plus de batterie et que bloquée dans le noir, la main crispée sur la rampe ou contre le mur, elle tâtonne du bout de sa bottine une marche puis l'autre jusqu'au prochain bouton lumineux. Montée, descente, tourbillon avec arrêts à certains étages, c'est le manège du recensement qui se termine samedi prochain.

escaliers.jpg

Cartable ou besace à l'épaule, classeur sous le bras avec gomme et crayon dans la poche, c'est la panoplie du parfait agent recenseur qu'on peut croiser dans les rues. A la sortie d'un immeuble, devant le château, sur les marches de la mairie ou dans le bureau de Sylvie, la rôdeuse et les autres échangent sur les mésaventures du jour. Les douze agents de Vincennes sont des personnes formidables qui prennent plaisir à ces rencontres furtives et à des rendez-vous au bistrot pour partager les images de ce tableau sociologique vivant et varié. Des rires, des sourires, mais aussi des grimaces et quelques noirceurs...hier soir dans une pièce de 18m2 trois enfants jouaient entre les lits et la télé devant laquelle étaient assis les parents; un vieil homme qui sortait de l'hôpital voulait absolument montrer la poche qu'on venait de lui poser, il fallut mentir et prétexter beaucoup de logements à visiter; une jolie blonde refusa les papiers parce que vous savez bien! les impôts augmentent, on est fliqué par tout le monde, le gouvernement de gauche se moque de nous, la mairie de droite ne fait rien et le pape? non, elle n'a pas parlé du pape mais beaucoup de rancoeur, aucun mot positif dans son joli visage. Elle m'a fait penser au très beau livre d'Oscar Wilde" Le portrait de Dorian Gray".
Dans les rues, le nez en l'air la rôdeuse admire les pierres et les céramiques, les portes, les frontons et les fers forgés. Elle fait fi des griseries du ciel et regarde les nuages entre deux éclaircies.

2015-02-13_15.33.42.jpg