Je tricote. Pour la naissance de Lelia, ma première petite-fille qui aime dire que c'est elle qui m'a faite grand-mère, j'ai repris pelotes et aiguilles abandonnées depuis presque vingt ans. J'ai cherché des modèles, des magasins de laine encore difficiles à trouver, et j'ai retrouvé les gestes oubliés. J'aime ça! j'ai ouvert un Tricot-thé, puis un Apéro-tricot avant de créer l'association Pauses.
Il y a celles qui apprennent, celles qui s'y remettent avec ardeur et celles qui, depuis leur enfance, n'ont jamais cesser le tricot. Certaines ne tricotent que le lundi, d'autres tricotent un peu chez elle et d'autres énormément. Quelques-unes font plusieurs ouvrages par semaine. Quant à moi, je ne tricote pas trop pour éviter que la douleur de mes mains ou de mon épaule ne se réveille. Lundi dernier, une tricoteuse généreuse récemment arrivée parmi nous -et sans doute la plus rapide de toutes - m'a gentiment proposé de faire une partie de mon ouvrage pour qu'il avance plus vite. J'ai refusé. "Mais pourquoi? - parce que c'est un cadeau que je fais moi-même - personne ne le saura! - si moi!" Pour moi, chaque ouvrage est un cadeau fait avec le cœur, alors bien sûr, pas question de le faire faire par quelqu'un d'autre. Chaque coup de ciseau, chaque point dans le tissu, chaque conception, chaque rang tricoté est un don du coeur. Chaque maille est une maille d'amour.
C'est pourquoi j'ai tricoté des bonnets pour les 3 "grands" et un cache-coeur tout doux pour Brune

2015-09-21_12.59.55.jpg

Lorsque Tristan m'a demandé un bonnet comme celui des garçons mais blanc, j'ai été heureuse de lui faire et de savoir qu'il le porte en sortant du spa où il va régulièrement.

bonnet-tristan.jpg

Eve avait envie d'une robe légère et simple dans le même tissu que le sac qui lui a servi tout l'été. Elle l'a emportée pour son voyage en Chine et la portera quand elle sera au sud du Yunnan où il fait bien chaud.

2015-09-21_21.17.31b.jpg