Je l'attendais comme d'habitude au train de 21h36, elle m'a prévenue que son train aurait sept minutes de retard. Devant la pharmacie, face à la Gare de Lyon, comme chaque fois qu'elle arrive, j'attendais dans ma voiture. Alors qu'un homme agressif par deux fois frappait au carreau pour me dire que j'étais mal garée et que je devais partir, j'ai entendu frapper sur la vitre de l'autre côté et j'ai vu son sourire, le même sourire malin qu'il y a 34 ans. Ouf! j'étais contente d'ouvrir la portière et d'embarquer ma fille dans ma petite voiture rouge à travers la nuit parisienne très humide de vendredi dernier.
2015-11-22_10.22.22.jpg

Eve est venue seule cette fois-ci pour retrouver ses amis et assister à la soirée des 10 ans de sa promotion prévue depuis longtemps. Nous avons bavardé le soir, le matin et pendant le déjeuner, comme chaque fois qu'elle vient, nous avons fait un peu de shopping dans Vincennes. Après les attentats, elle avait un peu peur de quitter le calme de Zurich pour venir à Paris et surtout de prendre le métro. Je l'ai donc accompagnée un peu partout, ce qui fait qu'en plus des matinées du week-end et du déjeuner du samedi, nous avons passé de grands moments ensemble.
C'est toujours un grand bonheur de passer du temps avec mes enfants et je suis toujours un peu triste lorsqu'ils repartent. C'était la même chose pour mes parents, et surtout pour Maman après la mort de Papa. Ainsi va la vie. Dans la tristesse de cet automne, tout au long du week-end, Eve fut mon rayon de soleil, un grand et chaud rayon de soleil