Ils s'appellent Mahmoud, Sidi, Malle, Idrissa ou Mahamadou, ils ont entre 25 et 35 ans, parlent le Bambara et ont fui la guerre. Ils sont loin de leur pays, n'ont pas tous des papiers et cherchent du travail. Il y a ceux qui parlent le français et ceux qui ne le parlent pas car comme me l'a dit l'un d'entre eux, ils vivaient dans la brousse et c'est à la capitale que l'on parle français, pas chez eux! La capitale c'est Bamako. Eux viennent tous de la province de Kayes et vivent depuis quelques mois à Vincennes, hébergés par une association dans un foyer pour hommes. Deux d'entre eux sont allés à l'école et ont décidé d'apprendre aux autres à parler, à lire et à écrire.
C'est à une amie assistante sociale qu'ils ont demandé de les aider et c'est elle qui nous a sollicitées. Depuis quelques mois Danièle fait travailler le mardi soir ceux qui ont été scolarisés au Mali et Anne-Marie et moi,chacune un soir différent, tentons l'alphabétisation de ceux qui n'ont pas pu aller à l'école. C'est pour ça que chaque semaine je prépare leçon et cahiers avant d'aller passer deux heures avec eux. Certains n'ont jamais utilisé un crayon, d'autres prennent encore les feuilles à l'envers mais ils ont tous un grand désir d'apprendre et une volonté tenace. Ils sont appliqués, extrêmement gentils, contents, respectueux et reconnaissants. Chaque lundi je traîne un peu la patte pour sortir puis de 20 h à 22h je les fais parler, lire et écrire en leur tenant parfois la main. Nous rions beaucoup et lorsque je rentre chez moi, chaque fois, mon pas est alerte et mon coeur joyeux. Nous avons décidé ensemble de leur organiser une bibliothèque avec des BD, des livres illustrés et faciles à lire.

2016-04-11_21.33.43b.jpg